Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant

INTRIGUE I : Le gouverneur

le Lun 8 Jan 2018 - 2:30

Coup d'état de maître



Novembre 2417. Cette date restera gravée dans la mémoire des citoyens qui ne croient plus en la politique ; de ceux plus occupés par leur nombril que par le bien commun. Il aurait suffi qu’ils lèvent les yeux de leur quotidien, qu’ils élèvent leurs voix qu’ils pensent muettes.

Là où tous s’attendaient à ce que le Conservateur Nicolas Victor soit réelu pour la troisième fois consécutive au poste de gouverneur, ce fut un autre nom qui retentit le vendredi 17 sur les coups de 20h : l'Impéraliste Elyas Rainier.

La soirée, entrecoupée des discours des candidats, est un prélude du week-end à venir. Les militants de la région de Breizh sont difficilement contenus par les forces de l’ordre, exceptionnellement secondées par les traqueurs puisque même les esclaves manifestent leur mécontentement. Pour plus de sécurité, les honnêtes citoyens sont invités à rester confinés chez eux.
Divers casses sont perpétrés, principalement dans des petits commerces, et plusieurs centaines de blessés sont à dénombrer, ainsi qu’une dizaine de morts.

Ceci est ma dernière déclaration publique. Aujourd’hui, vous avez baissé les bras. Aujourd’hui, vous avez abandonné votre région ; votre pays. Vous avez ouvert une brèche pour ces monstres. C’est votre décision, votre inaction : je me retire de la vie politique, et vous souhaite de pouvoir dormir ce soir malgré le poids de votre conscience.
Jérôme Favre, Humaniste

En tout premier lieu, je tiens à saluer la victoire de monsieur Rainier. Il me tarde de m’entretenir avec notre nouveau gouverneur pour voir ce que nous pourrons bâtir, ensemble.Gérard Lavoie, Progressiste

Tous les yeux sont tournés vers Breizh, ce soir. Cette inversion de la tendance soudaine, incroyable dans le sens premier du terme, bouleversera la stabilité durement établie. L’avenir est plus flou que jamais, or le passé nous a déjà montré à plusieurs reprises à quel point il était hasardeux de prédire quoi que ce soit dans une situation aussi nouvelle que celle-ci.Nicolas Victor, Conservateur

Ce soir n’est pas une victoire. C’est une prise de conscience. Du peuple qui s’éveille. Des politiques qui réalisent que l’ère de leurs manigances prend fin. Trop longtemps, nous avons été bercés par leurs propos habilement formulés, jusqu’à ce que notre capacité de réflexion soit endormie. Cette époque est révolue. Aujourd’hui, devant vous, je fais le serment de vous protéger, de me dresser en rempart face à toute menace, qu’elle soit intérieure ou extérieure. Je suis votre obligé, vous ne me devez rien ; je vous dois tout. Merci de votre confiance. Ensemble, ce soir, nous posons la première pierre d’un futur meilleur.Gouverneur Elyas Rainier, Impérialiste


Hors Jeu


Divers événements auront lieu autour de cette intrigue, il se peut même que le gouverneur vous approche personnellement sans que vous ne vous y attendiez. Il va de soi que cela va influer sur la vie de votre personnage et sera à prendre en compte dans vos jeux. Vous pouvez considérer que soit les citations sont parues dans le journal, soit elles ont été entendues par votre personnage s'il se tenait sur les lieux.

Si votre personnage décide d'agir, pour appuyer la politique qui se dessine ou au contraire s'y opposer - le monde évolue en fonction de vous, alors n'hésitez surtout pas ! - rapprochez-vous de @Destin et nous verrons cela ensemble.


Dernière édition par Maître le Lun 8 Jan 2018 - 12:46, édité 3 fois

Re: INTRIGUE I : Le gouverneur

le Lun 8 Jan 2018 - 2:40

1er décret



Très compréhensif face à l’indignation de ses opposants, le gouverneur donne plusieurs conférences à travers la région. Pour montrer patte blanche, à l'inverse de la tendance du NO, il autorise les esclaves à y assister même lorsqu'elles se donnent dans un lieu confiné.

Celle donnée à Port-Émeraude, le 25 novembre 2417, prend brutalement fin lorsqu'un coup de feu retentit.

Le gouverneur doit sa survie à son garde du corps, qui s’est interposé de justesse. Il décède moins de deux heures plus tard à la clinique du Haut-Val, entouré de ses proches.

Il faudra attendre le 26 novembre, après un dimanche de deuil, pour que l'Impérialiste reprenne la parole en public, la mine sombre.


Je déplore la perte d’un ami, mais avant tout celle d’un père. Hier, j’ai dû expliquer à un petit garçon de sept ans qu’il ne verrait plus son père. Savoir que le non-citoyen qui a commis cet acte est derrière les barreaux, en attente de la décision de la Justice, ne lui a été d’aucun réconfort. Alors, je lui ai posé une question. Une seule. ‘Jean. Qu’est-ce qui pourrait sécher tes larmes ?’ Je réentends sa difficulté à se faire comprendre dans un monde d’adulte qui va trop vite pour lui. Toute la nuit, j’ai ressassé sa réponse. Il ne veut plus que des méchants tuent les papas. Ce sont ses mots. Il ne souhaite, à personne, de vivre ce que lui endure. Et ce souhait, venant d’un enfant, m’a bouleversé. Nul désir de vengeance. Juste le besoin d’être rassuré.Gouverneur Elyas Rainier, Impérialiste

  • Dorénavant, tout esclave pris avec une arme sur lui devra en répondre aux autorités compétentes.
  • Dorénavant, tout citoyen ayant mis sciemment ou par négligence une arme entre les mains d’un esclave, qu’il soit sien ou non, devra en répondre.
  • Dorénavant, chaque esclave devra veiller à ce que son bracelet soit visible dès qu’il quitte la demeure de son maître. Qu’il pleut, qu’il vente ou qu’il neige.

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant