La Technologie

 :: Entre les pages :: L'Encyclopédie :: Univers Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Maître
Admin
avatar
Mar 3 Jan 2017 - 0:21

La technologie


L'épuisement des ressources énergétiques


Depuis l’épuisement du pétrole et la mise à l’arrêt des centrales nucléaires, l’énergie qui faisait fonctionner le monde s’est considérablement réduite. Certes, les systèmes d’énergies renouvelables déjà mis en place permettaient toujours de produire de l’électricité, mais la simple exploitation et l’entretien de ces installations requérait déjà une énergie conséquente en soi, qui rendait délicate son utilisation.

La population n’eut pas eu d’autre choix que de s’adapter à cette brutale modification de ses usages, en attendant de retrouver suffisamment de ressources pour remettre en place les moyens de l’avant troisième guerre. Les gens ont su s’accommoder de ce manque, jusqu’à ce qu’il devienne normal de voir le peu d’énergie produite consacré aux centres de reproduction, aux industries les plus lourdes, aux hôpitaux, ainsi qu’à quelques privilégiés multimillionnaires ‒ qui détenaient souvent ces mêmes industries ou laboratoires.

La fin de l’avènement technologique sonne aussi la relocalisation des productions, quel que soit le secteur. Les difficultés de maillage du territoire, en l’absence de moyens de locomotion rapides ou accessibles, handicape le principe d’une production technologique de haut niveau. Toutes les matières premières sont donc produites sur place : alimentation, habillement, ameublement, transformation des matériaux, etc. Certaines marchandises sont cependant importées : cela coûte cher et prend du temps. Ce qui vient de loin devient exotique, et réservé à une élite capable de se le payer.

Les populations perdent l’habitude de se déplacer sur de longues distances, et passent souvent toute leur vie dans la même ville qui les a vus naître. Les voyages entre villes proches s’effectuent en diligence, et des calèches assurent des liaisons régulières au cœur des cités. Les chevaux, qui sont devenus le moyen de se déplacer le plus usité, ont redessiné les villes et les habitudes autour des écuries et des maréchaux-ferrants. C’est l’avènement de l’artisanat et le retour aux techniques anciennes ou aux métiers oubliés, exhumés des livres d’Histoire par nécessité.

La néo-industrialisation



Depuis une cinquantaine d’années cependant, une nouvelle ère s’amorce ; on retrouve doucement les moyens du début du XXème siècle. À Port-Émeraude, on exploite les centrales électriques hydrauliques, la première construite sur la Rance, à La Richardais, et la seconde dans une zone de grand marnage au Haut-Bout. Un grand parc d'éoliennes est créé au Bas-Val. L’électricité produite alimente non seulement les infrastructures du pôle génétique du Haut-Val, mais également les centres névralgiques de la ville, ainsi que quelques quartiers d’habitations privilégiés.

Le chemin de fer a ranimé les industries nécessitant des relations longue-distance ; des trains circulant avec un bio-carburant assurent désormais des relations régulières entre Port-Émeraude et la capitale, ainsi que les autres grandes villes de France. Le procédé reste cependant coûteux et, si le train était réservé à une élite jusqu’à encore une dizaine d’années auparavant, il tend à se démocratiser lentement, notamment grâce à une légère baisse du prix du billet ‒ qui reste toutefois cinq fois plus cher que celui d’une diligence.

Avec le succès des tests sur les premiers modèles de voiture bio-énergique, plusieurs usines de production de cet objet de luxe voient le jour en France, dont une dans l’arrondissement de Cancale. Quelques modèles commencent donc à être commercialisés pour les particuliers, en parallèle de la production réservée aux entreprises réalisée jusque-là. Enfin, dernier point technologique de l’avant-guerre à évoquer, les ordinateurs ont retrouvé leur place dans le centre Génésis. L’utilisation qui en est faite est rudimentaire comparé aux prouesses réalisées par le passé, cependant leur réseau interne permet une surveillance centralisée des utérus artificiels. Cela nécessite beaucoup de ressources, mais a permis de considérablement fiabiliser les processus autour de la natalité.

À l’échelle internationale, des navires marchands effectuent la liaison maritime entre l’Europe, l’Afrique et l’Amérique. Ces voyages sont longs ‒ plus de deux mois pour rallier Port-Émeraude à New-York ‒ et très onéreux, sans oublier les risques liés aux phénomènes naturels et à la piraterie ; mais cela n’empêche pas certains aventuriers de vouloir traverser les océans pour découvrir notre belle cité.

La vie quotidienne


Alimentation en électricité


En dehors des résidences de luxes normalement alimentées, certains quartiers bénéficient d'une alimentation électrique rudimentaire et limitée, permettant de faire fonctionner quelques équipements de base (réfrigérateur, machine à laver le linge). Dans les autres cas, les habitants en reviennent à l'utilisation d'équipements non électriques.

Conservation des aliments
Les maisons individuelles possèdent des caves de conservation ou des celliers froids, les appartement sont équipés de frigos du désert ou d'autres systèmes alternatifs.
Plus globalement, l'usage revient à un marché quotidien pour les personnes ne disposant pas d'équipements de conservation.

Lessive
Les laveries de quartier payantes ou des lavoirs publics permettent de laver le linge, pour ceux ne possédant pas de machine manuelle du type bike washing machine.

Éclairage
L'éclairage se fait avec des lampes à huile ou des bougies.

Alimentation en eau


Des réservoirs d'eau en toiture, ou des système de bélier hydraulique permettent la distribution de l'eau dans les immeubles et maisons non raccordés au réseau d'eau municipal.

Eau chaude sanitaire
Des réservoir et ballons d'eau sont couplé à un poêle-bouilleur, où un feu est nécessaire pour faire chauffer une quantité limitée d'eau, pour les habitations ne disposant pas de chauffe-eaux.

Les quartiers d'habitation
classés selon leur popularité



Le Val d’Émeraude > Le Val de la Rance > Le Richardais
Villas bourgeoises et petits manoirs, alimentation en électricité et raccordement au réseau d'eau communs.
Niveau de vie : riche.

Le Centre d'Émeraude > Le Vauban > La Baie
Yacht, hôtels particuliers et demeures anciennes, alimentation en électricité et raccordement au réseau d'eau communs.
Niveau de vie : riche - aisé sans tout ou partie des commodités.

Cœur-Émeraude > Les Sablons > La Cité des Corbières
Maisons et villas, alimentation en électricité et raccordement au réseau d'eau communs.
Niveau de vie : riche - aisé sans tout ou partie des commodités.

L'Émeraude Septentrionale > Cancale > Le Village
Maisons anciennes, alimentation en électricité rationnée et eau courante possible, cheminées ou poêles à bois.
Niveau de vie : aisé - modeste.

Le Val d’Émeraude > Le Haut-Val > L'Écluse
Maisons et villas, alimentation en électricité rationnée et eau courante possible, cheminées ou poêles à bois.
Niveau de vie : aisé avec commodités, modeste sans tout ou partie des commodités.

L'Émeraude Septentrionale > Les Ports > Coulomb d’Émeraude
Maisons individuelles ou multifamiliales, ou petits immeubles, alimentation en électricité rationnée et eau courante possible, cheminées ou poêles à bois.
Niveau de vie : modeste - pauvre sans tout ou partie des commodités.

Le Centre d'Émeraude > Le Sillon > Le quartier résidentiel
Maisons individuelles ou multifamiliales, ou petits immeubles, alimentation en électricité rationnée et eau courante possible, cheminées ou poêles à bois.
Niveau de vie : modeste - pauvre sans tout ou partie des commodités.

Cœur-Émeraude > Le Quartier des Artisans > Le Huletais
Maisons et petits immeubles, alimentation en électricité rationnée et eau courante possible, cheminées ou poêles à bois.
Niveau de vie : modeste - pauvre sans tout ou partie des commodités.

L'Émeraude Septentrionale > Le Croissant > Le Bouillis
Immeubles de confort moyen, eau courante possible par réservoirs en toiture, pas d'électricité, cheminées ou poêles à bois.
Niveau de vie : pauvre.

L'Émeraude Septentrionale > Le Croissant > Les Quatre-Vents
Immeubles sans confort, eau courante possible par réservoirs en toiture, pas d'électricité, cheminées ou poêles à bois.
Niveau de vie : pauvre - sauvages.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Allégeance :: Entre les pages :: L'Encyclopédie :: Univers-
Sauter vers: